Croisière Catamaran | Nosy Be

Embarquez à bord de « OcéAnge » pour une Croisière de rêve en Catamaran à Nosy Be  de un ou plusieurs jours.

Que ce soit pour aller à la rencontre des dauphins ou des baleines, ou pour pêcher, vous naviguerez dans le plus grand confort.

 

« Océange » est un catamaran type Fortuna 40, gréé en sloop, de 12,50 m de long par 6,80m de large.
Son faible tirant d’eau d’un mètre lui permet de remonter dans des passes où les autres bateaux restent mouillés au dehors.
Sa voilure de 95 m², pour un déplacement lèger de 8450 kg, lui offre une belle allure au bon plein.
Motorisé de deux Nami de 50 cv, il vous emmènera où vous souhaitez si toutefois le vent se refusait à le faire.
En agrément, le 220v à bord vous permettra de recharger votre matériel photographique et autre.
Le débarquement sur une île est aisé grâce à une annexe mue d’un moteur de 15 cv.
Les déplacements sont l’occasion de mettre la canne de traine en action… ! Quoi de mieux que de manger sa propre pêche !
Le bateau dispose de tous les équipements de sécurité nécessaires.
Pour votre confort, il est souhaitable que tous les convives se connaissent (malgré la taille, un bateau reste un endroit tout de même « quelque peu restreint… » ).
Un skipper et un fin cuisinier seront là pour votre entière satisfaction.
Les tarifs sont valables jusqu’à la fin de l’année 2015.
N.B. : Contrairement aux conventions hôtelières où la facturation s’effectue à la nuitée, la location des bateaux est calculée à la journée.

CROISIÈRE NORD OCÈANGE

La Côte des Îles Vierges à partir de Nosy Be

Bien que cela soit un « carnet de voyage » que nous avons créé, l’expérience nous a démontré qu’arrêter un programme est fort difficile. Il y a les conditions météorologiques, le vent, l’état de la mer, mais il y a surtout vos desiderata ; peut-être que là dans ce magnifique lagon vous aurez envie de prolonger la baignade, manger sur la plage, ou ici prolonger plutôt votre promenade et contacts avec les indigènes de l’île. Ici, nous vivons au rythme des pirogues à balancier, la vie s’écoule « Mora Mora », ce « doucement doucement», murmure modulé qui exprime que rien ne presse.

Selon le nombre de jours, nous pourrons visiter :

Nosy Sakatia

Toute proche de Nosy Be, la première île sur notre route surnommée « l’île aux orchidées ». L’île n’offrepas grand-chose si ce n’est ses magnifiques criques qui vous invitent à la  baignade. Une promenade à terre permet d’admirer les orchidées sauvages.

Nosy Fanihy

Ravissant petit îlot avec un cordon de sable blanc mélangé de coquillages et de petits morceaux de corail madréporiques qui à sa pointe tranche violemment avec les nuances de vert et de bleu de la mer. Petite faune aquatique. Baignades et apnée dans un monde corallien et une eau limpide.

La Grande Mitsio

c’est la plus importante des îles de l’Archipel et la seule qui abrite quelques petits villages de pêcheurs éparpillés sur ses côtes. En arrivant devant la Grande Mitsio, on est surpris de voir la mer changer et devenir plus « apaisée » comme plus « sereine ». Une atmosphère particulière, magique se dégage dans ce bout du monde. A l’entrée de Marimbe, la terre offre le spectable impressionnant des grandes orgues de balsate dont la couleur varie du violet au vermillon selon la course du soleil.(le meilleur moment pour les photographier est au coucher du soleil) La baie de Marimbe s’enfonce à l’intérieur des terres qui offre une végétation trèe intéressante avec par exemple ses « satranas » étranges palmiers aux larges feuilles en éventail, que vous pourrez découvrir lors de vos promenades à terre puisque Marimbe nous offrira souvent un mouillage sécurisant.
Ankarea
La plus élevée de l’archipel. Son architecture qui paraît massive, compact, et toujours sombre tranche sur un ciel lumineux qui vous accompagnera tous les jours dès les premières lueurs du matin. Le côté ouest de l’île abrite une végétation endémique exceptionnelle accrochée aux parois.
Ses falaises balsatiques s’enfoncent dans une eau d’une limpidité remarquable propices à l’apnée.
Ses fonds coralliens protégés sont d’une rare beauté. Coté Est de l’île, la végétation dense et très varièe est un véritable paradis pour les roussettes ou Fanihy en malgache, chauve-souris frugivores au pelage roux et totalement inoffensives.

Nosy Lava Ou  » l’île longue »

Située plus au nord, est d’une grande beauté sauvage. La pointe sud-ouest de l’île
qui à marée haute forme un îlot devient à marée basse une presqu’île oulé de sable blanc qui tranche avec le bleu turquoise de l’eau.

Nosy Tsarabanjina « l’île au sable blanc » ou « plaisir des yeux »

est la plus belle des îles Mitsio. Ses plages de sable blanc éclatant couleur qui provient des coraux et coquillages réduits en poussière par le mouvement incessant des marées. Ses eaux cristallines offrent une symphonie du vert émeraude au bleu cristal,
tout en fait un endroit…paradisiaque, une miette de polynésie tombée du paradis dans l’océan Indien.
Sur la plage et les formations étranges de roches volcaniques, se réfugient plusieurs espèces d’oiseaux parmi lesquels l’aigle pêcheur “l’ Ankoay” formidable d’envergure jusqu’à 2,30m, un des plus rares rapaces de la planète, vivant par couple et exclusivement fidèle à son compagnon et à son territoire. Dans la partie orientale de l’île se trouve le tombeau des rois Sakalava que l’on peut visiter.
La tradition veut que l’on s’y rende pieds nus, vêtu d’un lamba et en apportant quelques offrandes.

Les Quatre Frères

4 monolithes aux parois lisses formant un quadrilatère émergeant de la mer. Sur ces rochers, sauf un, niche une multitude d’oiseaux marins – fous bruns, pailles en queue, frégates et cormorans – qui s’envolent tous ensemble lorsque le bateau s’approche de trop près. Les fous bruns n’hésitent pas à survoler de près les bateaux quand ils ne se livrent pas à leurs jeux favoris qui est de piquer dans l’eau à une vitesse vertigineuse.

A l’entrée des Mitsio, ces 4 dômes rocheux aux parois lisses se dressent fièrement en gardiens édifiés par des Dieux facétieux. A ce propos…à l’aube des temps, les
Dieux avaient envoyé cinq « frères » à cet endroit des Mitsio. L’un deux… non ! laissons notre guide vous racontait cette légende.

Cap St Sébastien et la Baie du Courrier

Site sauvage et envoûtant, la baie du courrier au nord de l’Archipel des Mitsio , à l’entrée du canal du Mozambique pourrait on dire. Cette baie est marquée au nord par le Cap d’Ambre et au sud par Cap St Sébastien. Si on la « localise » sur une carte comme une petite » baie, on lui prête en réalité presque 200 km de côtes bien préservées. Si la baie du Courrier présente plusieurs « habitats » qui intéressent scientifiques, plongeurs et apnéistes, nous admirerons quant à nous les îlots coralliens extérieurs entourés de magnifique platiers coraliens qu’une eau limpide permet d’observer et surtout les îlots
karstiques de Nosy Hara, Nosy Lakandalovo, Anjombavola et autres. Emergeant verticalement de la mer, isolés et éparpillés dans cette baie du Courrier, ces îlots présentent des reliefs spectaculaires formés de pics et de fines lames de roche, appelés en malagasy « Tsingy ».
Notre voyage prendra fin soit au retour de la boucle sur Nosy Be où à Ampasidava, magnifique village du bout du monde. Sur la plage, se trouve une grande pierre royale qui fut, nous dit la légende, utilisée par les rois Sakalava pour parler au peuple lorsque les Antakarana furent obligés de fuir…. ….
Mais ceci est une autre histoire que nous vous raconterons lors de votre découverte d’Antsiranana ou Diégo Suarez.

CROISIÈRE SUD AVEC OCÈANGE :

Le Charme des Radama

Nosy Tanikely

à 40 min de Nosy Be, notre première petite île est en fait une Réserve Naturelle Protégée, c’est le Parc National Marin de Tanikely avec de très beaux fonds. Cette réserve est un véritable aquarium plein de poissons multicolores qui vous émerveilleront, d’étoiles de mer et de coraux. Avec un peu de chance, nous pourrons faire un petit bout de route (mais alors tout petit !!) avec une tortue de mer.
Nous ferons naturellement halte pour une baignade et du snorkeling, un masque et un tuba suffisent dans cette eau transparente.

Nosy Komba

L’île aux lémuriens en malagasy, est un véritable havre de paix ou ..était. En effet c’est devenu un lieu de visite incontournable facilement accessible depuis Nosy Be ( ½ h de trajet en pirogue rapide et bon marché 15 à 20 personnes par pirogue !!) Alors quand une horde de touristes en goguette se rassemblent à la même heure au très beau village d’Ampangorina celui-ci est très loin du havre de paix. Dommage ! Il faut y aller un jour sans, pour profiter pleinement de cette île ou le temps semble comme suspendu, voir les brodeuses confectionner les célèbres rideaux « Résélé », la déformation du fameux « point de Richelieu ». Pour ceux qui ont vraiment le temps, il n’est pas inintéressant de faire « l’ascension » de l’Antaninaomby d’oû le panorama sur la région est remarquable.

Nosy Ankazoberavina

Nous ne ferons que le longer. En fait, comme nous le dit la légende, c’est le 5ème frère des Mitsio qui après avoir quitté se 4 autres frères s’est installé là. Cet îlot est surtout intéressant par plusieurs très beaux spots avec de superbes fonds coralliens que sillonnent beaucoup de poissons multicolores.

Nosy Antsoha

Une île minuscule qui transformée en parc national depuis peu. Nous y ferons une courte halte pour aller a la rencontre de 3 espèces de Lémuriens qui vivent en toute liberté.

Nosy Iranja

L’originalité de l’île est cette langue de sable blanc étincelant qui se remarque de loin et qui ressort violemment sur toutes les nuances de vert émeraude et bleu cristal de la mer. A marée basse cette langue est complètement découverte et on peut traverser à pied pour aller de la petite à la grande Iranja. Cette île est célèbre pour ses plages ombragées de filaos, cocotiers et ses eaux turquoises extrêmement claires. Sur la plage vous devrez faire un tri parfois difficile entre tous les coquillages mélangés à de petits morceaux ce corail madréporique rouges portés inlassablement par le mouvement des marées. Nosy Iranja, c’est l’île aux tortues, qui à la saison de la ponte, viennent se reposer sur le rivage. Les adeptes du snorkeling pourront y admirer de magnifiques napoléons sur fond coralliens. Impression de paradis….

La Baie des Russes

L’intérêt de la Baie des Russes, réside surtout dans le fait que c’est un excellent mouillage pour passer la nuit en toute sécurité. C’est une vaste baie, très souvent un terrain de jeux des dauphins, constellée de plages et petits villages de pêcheurs. L’histoire nous dit que dans cette baie, la flotte russe s’était abritée en 1904 pendant plusieurs mois avant d’aller affronter la flotte japonaise à la bataille de Toshiba où elle fut entièrement anéantie.
Baharamamey

 

 

Sur la grande Terre, sorte de Fjord malgache, tranquille comme un lac, bordé de petites plages de sable « orangé » et de petits villages où…la tôle est encore absente. Ce bras de mer s’enfonce profondément dans un dédale de palétuviers pour finir en rivière aux pieds des monts.
Selon les marées, il est possible de remonter l’immense réseau de palétuviers ou au contraire se promener à pied. Le soir, avec le coucher de soleil en toile de fonds – absolument magique -, on pourra contempler le spectacle majestueux et tranquille des lourdes goélettes et boutres, voiles gonflées par les derniers vents thermiques qui viennent jeter l’ancre dans le calme irréel de la baie.
Baharamamey, c’est son village qu’il faut visiter, c’est des échanges avec sa population, c’est son école que les enfants vous montreront avec fierté. Tout ce qui a trait à l’école, crayons, gommes, cahier, fera la joie des enfants et des maîtres.
L’Archipel des Radama

l’Archipel des Radama c’est 4 îles, 4 miettes de Paradies tombées dans l’Océan indien, qui nous offrent un lieux d’exception par leur cadre naturel magique et l’intimité avec le peuple et la nature Malgache. Les Radama, c’est le dépaysement, l’exotisme et l’authenticité culturelle de ses île en plein océan, le temps d’une Île que l’on voudrait à soi.
La première des îles Nosy Kalakajoro est une escale agréable. Sur la plage, vous trouverez le Tsara Lodge Kalakajoro un lodge de détente pour une « robinsonnade » en famille où baignades dans une eau turquoise, snorkeling , chasse sous marine et trekking rythmeront vos journées bercées par le « Mora Mora » de nos îles.

Nosy Berafia

La plus grande des îles de l’Archipel, en face de Kalakajoro, avec ses très belles plages, son grand village, sa très belle flore mais surtout……

Nosy Antanimora

qui signifie « la Terre facile » est une splendide île habitée par des pêcheurs et parfois des plongeurs de concombres de mer qui l’espace de quelques jours mettent sur cette île une ambiance de « chercheurs d’or ». Leurs sourires merveilleux dans leurs visages burinés par les vents et le sel et leurs cheveux blanchis par le soleil du large en disent long sur leur dure et « riche » vie de Nomades de la mer.
Promenades dans la mangrove et le long des plages bordées de filaos ces conifères tropicaux. Visite du village de pêcheurs.

Nosy Vaniha

La dernière des îles dans la baie de Ramanetaka fait face au Parc national d’Ankarafa. Pour ceux qui le désirent, la zone protégée de Sahamalaza offre un très joli trekking dans un très joli paysage riche d’une flore et d’une faune endémique très intéressante. Bien que difficile à apercevoir, on peut avoir la chance de rencontrer les fameux lémuriens « maccaco typique », lémuriens aux yeux bleus unique à Madagascar. Cette promenade dans la zone protégée de Sahamalaza demande 4 voir 5 h de marche ; aussi il faut compter réserver 1 jour entier à Nosy Vaniha.

Nosy Lava

Plus au sud, pratiquement en face de Analalava. Quant on voit la beauté de l’île, ses paysages, on a du mal à s’imaginer que l’île de Nosy Lava abritait un centre pénitencier ! Un léger trekking – 1 à 2 h – Nous emmènera au sommet du point culminant de l’île oû depuis l’ancien phare on bénéficie d’une vue splendide sur les criques de l’île et Analalava au loin. L’originalité de la visite du bagne réside dans le fait que ce sont trois anciens bagnards qui après vingt ans de pénitencier n’ont pas voulu quitter « leur » île qui nous feront l’honneur de nous guider.

Komajara

Grand village de pêcheurs situé sur la Grande Terre, Komajara, un des « clous de la croisière » offre quelques merveilles qui justifient pleinement le déplacement. Sous la conduite du chef du village, le Fokotane, Il nous faudra compter quelques heures de visite « à terre et un peu dans l’eau » pour aller admirer les baobabs marins, les « tsingy » du bord de mer et les rochers aux formes bizarres, les lémuriens blancs et marrons, et surtout les Ankoay les pygargues de Madagascar, aigles pêcheurs qui peuvent atteindre l’envergures impressionnante de presque 2,50 mètres.

Entre ciel et mer depuis plusieurs jours, il nous faudra penser au retour. Nous en profiterons pour voir ce que nous n’avons pas vu à l’aller ou revoir encore une fois ce que nous avons aimé. Nous pourrons nous arrêter ici ou là si vous le souhaitez.
Pour que tout soit encore plus beau et savourer pleinement ce retour il faut espérer beaucoup de vent pour que nous envoyons les voiles ; Le murmure de l’eau et le chant de l’étrave graveront un peu plus profondément dans nos souvenirs ces heures savoureuses au milieu de ces paysages grandioses.
Nous atteindrons Madirokely dans l’après midi.

Le nombre de jours n’est pas fixe ; ce n’est qu’une indication selon les parcours. Ainsi si vous aimez la voile ou si de petits sauts de puce vous conviennent mieux, la croisière s’adaptera à vos goûts.